84410

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Au retour de Saint Paul

Impossible d'arpenter le Plein Soleil (le gymnase de Saint Paul trois châteaux) sous les loupiotes rouges et noires, sans sentir nos regards vibrer, et nos coeurs battre la chamade pour des petits trésors.

 

Voilà nos valises nomades remplies de nouveaux coups de coeur :

  • Pensées cachées, Franck Prévot, La maison est en carton

http://www.lamaisonestencarton.com/?id=47&menu=a-mots-decouverts

 

pensées cachées.jpg

 

  • Toi Émoi, Franck Prévot, La maison est en carton

 

Toi émoi.jpg

 

Des petits livres objets où les mots se cachent, s'offrent, se découvrent au gré des mouvements de nos mains et de nos yeux. A manipuler avec un poétique émerveillement !

  • Devant ma maison, Marianne Duboc, Casterman

 

devant ma maison.jpg

 

Une découverte du monde par un emboîtement de choses, lieux, objets...Partir de sa maison et y revenir après avoir traversé le monde et l'espace. Un hommage au poème d'Eluard.

  • Quand j'étais petite, Carole Lepan, Marcellin, Motus

 

quand j'étais petites.jpg

Un bien joli petit texte qui voyage dans les souvenirs d'enfance, ceux qui n'ont pas d'âge, et nous amène à retrouver le temps où "Je me suis demandé à quel moment j'ai cessé de croire que la Terre allait changer de sens. Je ne sais plus. J'ai oublié d'y penser"

  • Bouche cousue, François David, Henri Galeron, Motus

 

bouche cousue.jpg

 

Parce que tout ce qu'écrit François David nous parle et nous va droit au coeur et en tête, entre rires, sourires et larmes parfois. Et puis il faudrait avoir la collection complète de ces recueils finalement. Et quand en plus c'est illustré par Henri Galeron sur un papier au toucher si particulier, il ne faut pas s'en priver. J'y retourne...

  • Leçon de vol, Sébastian Meschenmoser, Petite Plume de carotte

leçon de vol.jpgAlors en voilà un qui nous a plié de rire...Et ça c'est trop bien !. Les dessins sont un régal. Les postures de ce pingouin et de son entraîneur de fortune, pour faire voler coûte que coûte ce drôle d'oiseau, déclenchent des rires à ailes déployées....et une volonté à toute épreuve.

Du même auteur, il faut lire "Les trois voeux de Molosse", là encore rire assuré.

  • Ninette, Franck Prévost, Stéphane Girel, Grandir 

 

Ninette.jpg

C'est la première illustration et le texte dit : "Les écrivains ne pensent qu'à eux. "Même quand ils parlent du loup, ils parlent d'eux-mêmes" me disait ma grand-mère. Il faut dire que j'avais une grand-mère vraiment pas comme les autres. Tenez ! SI je vous parlais un peu d'elle . Au moins ça éviterait que je vous parle de moi !"

Le ton est donné. le passé est lâché. Une grande émotion pour parler d'une grand-mère disparue. "Eh, oui, ça fait parfois un peu pleurer de grandir".

  • Les silences des pierres, Philippe Barbeau, Marion Janin, L'atelier du poisson soluble

Les silences des pierres.jpg  

Le site de l'illustratrice à visiter ici....

http://www.marionjanin.com/silences.html

Celui de l'atelier du Poisson soluble, http://www.poissonsoluble.com/main.html

Une maison d'édition dont nous apprécions le travail et pour lequel Philippe Barbeau ne tarit pas d'éloges !

Il faut aussi entendre Philippe Barbeau raconter, conter, "Le Type"... Mais ça c'était le privilège de celles et ceux qui ont eu la chance d'être à la bibliothèque de Pernes les Fontaines, il y a quelques jours ! Merci Aurélie, Christine, Danielle, Françoise, Maguy,  et les autres....

 

Je t'écris, Rascal, Pastel

je t'écris.jpg

Correspondances, une chose que l'on aime.

Un thème ouvert, prometteur, parlant, voyageur...

C'est même le thème de "A vous de Lire" 2011. Alors on s'écrit ?

Pour des rendez-vous n'importe où, avec Thomas Scotto, pour des fariboles avec Arno, pour entrer avec Sébastien Joanniez, ou pour aller tout près le bout du monde avec Maud Lethielleux....

Echanges et voyages de lettres à suivre !

 

 

 

La couverture du papa soldat, Gianni Rodari, Judith Gueyfier, Rue du Monde

 

la couverture du ppa.jpg

Le Pourquoi, Parce-que : parce que c'est Gianni Rodari, parce que c'est Rue du Monde, parce qu'il y est question de résistance, de bohêmiens, d'histoires, de mots et de lettres à apprendre, de partages tout simplement...

 

Les commentaires sont fermés.