84410

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Journal de bord de tournée

Joli mois de mai ...

(3ème semaine)

 

Mardi 17 mai

Une découverte au ciné Movida d'Apt : un film documentaire écrit par Marie Sellier sur la vie de Van Gogh. Un très beau film qui mérite d'être vu et revu, et pourquoi pas sur un écran spécial puisque ce film a été tourné pour les écrans très très grande dimension (dont je ne sais pas écrire le nom !) du type de celui de la Géode à la Cité de la Villette ou au Futuroscope de Poitiers.

Marie Sellier, une délicieuse femme passionnée et passionnante nous a fait partager les pourquoi, comment de ce film et nous a transmis l'envie de lire son "Journal d'Adeline", et les correspondances de Vincent avec son frère Théo, avec tout le mystère qui plane encore autour de leur relation.

Une autre entrée dans les oeuvres, un croisement entre littérature et peinture, tout ce qu'on aime quoi !

tournee 039.jpg

Mercredi 18 mai

Dans la jolie bibliothèque d'Aubignan, une lecture à trois voix (Catherine, Hélène, Isabelle) pour préparer la venue de Maud Lethielleux. Des échos, des résonnances entre Dis oui Ninon, et  D'où je suis je vois la lune... Une écoute plaisante partagée par ceux qui avaient lu les livres et qui ont pris plaisir à les entendre, et ceux qui n'avaient pas encore lu et qui ont du coup très envie de les découvrir.

Jeudi 19 mai

C'est à Lauris, et à l'école, qu'aujourd'hui était attendu Sébastien Joanniez. Après un petit café partagé entre nomades sur la terrasse du château avec une vue superbe sur toute la vallée de la Durance, c'est la rentrée à l'école. La classe de CM1 arrive. S'installe. Et la magie opère.

Sébastien se présente et pose tout de suite clairement les choses "Je ne suis pas connu. Je ne passe pas à la télé. Et, je n'ai pas de Ferrari !". Les questions fusent. Le partage se met en route. "Quand je cite un livre, j'en lis un bout, d'accord ?". Et oui, ils sont d'accord, et oui ils écoutent avec égards et sourires ce qui se lit. Et oui, ces lecteurs resteront là deux heures et quelques avec la même écoute, la même énergie, les mêmes étincelles dans les yeux. Vivants. Intéressés et vivants. Ouverts et réactifs.

Quelques mots saisis au vol :

"Depuis quand tu es écrivain ?"

"Bon, d'abord, c'est quoi être écrivain ?... J'écris depuis l'âge de 12 ans, est-ce que j'étais écrivain à douze ans ?" - réponses unanimes NON ! Pour les enfants, être écrivain c'est être édité. Le débat est lancé. Pas de réponse vérité apportée ! Et Sébastien de leur préciser que être écrivain c'est être libre.

"C'est dur de trouver des titres ?"

"Oui... Très dur. Parfois ça vient tout seul (Marabout d'Ficelle), parfois c'est une phrase du texte (Même les nuages je ne sais pas d'où ils viennent), parfois ça vient pas..."

"C'est sorti par où toutes vos idées ?"

"J'écris sans idée...Je commence par une phrase et puis..." ( Surprise générale ! Eh oui, c'est pas forcément ce qu'on apprend à l'école... )

"Est-ce qu'il y a un livre de vous que vous n'aimez pas ?"

La réponse est une belle image : "Mes livres c'est comme dans un jeu de cube qu'on empile. Certains sont en bon équilibre, certains sont mieux placés que d'autres, certains sont tout de travers, et si on en enlève un tout s'écroule. Mes livres sont des étapes"

"Est-ce que vous avez une passion ?"

"Ma passion, c'est les autres". Et un enfant de répondre "c'est gentil de faire ça !"

Et sur l'écriture en cours, Sébastien de leur préciser qu'il veut écrire un livre dans lequel on aurait envie de tourner les pages. Il veut écrire du facile, mais c'est pas facile !

Il y a eu d'autres questions, des surprises, des rêves sur le "si j'étais éditeur" ...

Et puis les enfants ont lu les superbes textes qu'ils ont écrits avec Guilaine et Nadège. Chacun à son tour. Quand Sébastien a découvert le petit livre objet confectionné à son intention, qu'il a ouvert et qu'il a lu les textes étonnants, je crois qu'il était un peu ému. Il a conclu en disant : "J'aime bien me rendre compte que ce que j'écris est simple, que c'est pour tout le monde, que ça fait des émotions, sans grands mots, que ça donne l'envie d'écrire, et que ce que vous écrivez ça pourrait devenir un livre"

Peut-être parce qu'il a senti que ces enfants étaient déjà dans l'écriture, Sébastien leur a proposé des petits ateliers d'écriture, en leur précisant bien que pour ce faire, il fallait débrancher leurs cerveaux et garder l'idée que la première idée qui vient c'est la bonne.

Ecrire avec des débuts de phrase, écrire tout ce qui passe par la tête, écrire entre deux tops, ... L'après midi s'est terminée sous un orage torrentiel de mots et d'eau tombés de la tête et du ciel. 

Une vraie plongée dans le bain pour Sébastien.

 

Les commentaires sont fermés.