84410

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quelques graines de livres-objets

Qui a dit : "tout vient à point à qui sait attendre ?"

Voici quelques graines récoltées lors du stage Nomade

avec Pascale Breysse et Kathy Feldman...

Elles font écho à l'album photo du stage.

Des détails de pages des livres objets de Laure-Ellen 

accompagnés de leurs textes.

Stage nomades fév2012 002.jpg

 

la fenêtre s'est ouverte

 la bise est légère

 le rideau s'échappe

 envie à réchauffer

 le frisson est imperceptible

 les mains se rapprochent

 7 crayons de couleurs attendent

 dans le pot sur la table

 un trait oblique

 puis d'autres hachurent la surface

 bleu

 peindre une échelle, c'est un peu haut pour toi

 ou colorier l'escalier

 orange

 l'ombre a forme

 entre eux, subrepticement

 un verre est renversé

 oh ! sur le dessin

 l'eau colorée fuse sur la feuille

 l'ombre s'estompe, une silhouette lui répond

 les ciseaux dessinent et multiplient

 la forme s'échappe

le trait se met à parler

 elle l'entend

 continue la route

 sur les traces des pas

 tout autour de la terre

 laisse les paroles de l'homme

 

pour ne pas te perdre

tiens la main de l'enfant

 

l'enfant l'attend

 

Stage nomades fév2012 028.jpg

 

 Et d'Isabelle, des haïkus :

 

Stage nomades fév2012 032.jpg

 

Le merle moqueur

 M’enchante et me ravit

 Le printemps est là

 

  Doucement

 Le printemps arrive

 Mon cœur sautille

 

Les pieds dans l’eau

 La mer se retire vaguement

 Empreintes d’été

 

 

 

Le bleu immense

 Décline sa palette de nuances

 L’été m’enivre

 

 Dans un coin d’automne

 mon enfance ensevelie

 éclats d’or-jaune

  l’hiver a mis

 son manteau blanc d’hermine

 dentelles de givre

 le froid s’installe

 l’hiver s’habille de blanc

 gouttes au nez

 

Stage nomades fév2012 017.jpg

Je m’approche doucement je la regarde jouer avec les cailloux du jardin, elle les trie : les ronds d’un coté, les longs de l’autre, les petits les gros. Elle ne m’a pas vu,  je suis accroupi l’appareil en prise, elle s’arrête net !! Se cale les deux pieds dans les cailloux les mains sur les hanches : «  tu me prends en photo » ?

Elle sourit elle est droite comme un « I » le point  c’est la fenêtre ronde des toilettes juste au dessus de sa tête.

Le « I » d’ Isabelle, elle prend son air coquin, je saisis l’instant : " clic !"

Elle repart à ses jeux, elle s’éloigne vers les noisetiers : une envie soudaine d’aller croquer ces fruits généreux à la chair croquante. 

 

Les commentaires sont fermés.