84410

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Coups de coeur de lecteurs

  • Signe d'automne (1)

     

    Une citation proposée par Kathy du Midi

     

    "Quand le goût des livres vient tôt, il tient à sa fonction de fenêtre sur d'autres horizons plus ou moins extraordinaires, mais s'y ajoute le statut d'objet du livre, de propriété facile à acquérir ; il est le premier bien que l'on peut avoir pour soi, égal aux biens des adultes, et non pas leur imitation, comme le sont les jouets."

     

    Extrait du roman de Catherine MILLET / Une enfance de rêve.

  • Une drôle et belle famille

    Suite à la venue de Laurent Moreau

    coup de foudre pour un livre !

    Ma famille sauvage, Laurent Moreau, Hélium

     

    MA-FAMILLE-SAUVAGE_COUV.jpg

    Et un petit commentaire pour l'accompagner, c'est du vécu.

    La famille est souvent mise à toutes les sauces. En écho au mot "Famille" on entend parfois "Quelle famille !". Parfois certains pensent à André Gide et son douloureux "famille je vous hais".

     Ici chez Laurent Moreau on rencontre une famille extraordinaire, riche et superbe dans les images et attachante et touchante, pleine de clins d'oeil et de vérités dans les mots.

     Un album qui emporte, fait sourire, rire, véritable regard sur la vraie famille, celle faite d'un ensemble, de chacun, des autres, de nous tous. Un album pour dire nos caractères, nos différences, nos petits travers, les particularités qui nous composent et nous donnent vie.

     Et pour l'avoir lu à voix haute à un groupe d'adultes et d'enfants, je peux vous dire qu'il y avait des vrais éclats de rire dans les yeux des grands comme des petits, et des étincelles dans les sourires. Et Nasra, Bilal, Soumya, Halima, Khadija, Anisse, Ayoub et les autres en redemandaient.

     Alors, voilà un album à mettre dans nos grandes poches et à lire partout pour tous.

     Hélène  Nomade du livre

     Un lien ou deux pour aller plus loin avec Laurent Moreau

    Là et là.

     

  • Des voeux de "mots-nomades"

    Voici en clin d'oeil des voeux lumineux

    annonciateurs d'une belle éclaircie (entre ombres et lumières)

    de nos amis Patrice et Françoise, descendus

     de leur montagne

    voeux favaro.jpg

    Et profitons-en pour annoncer la sortie prochaine

    d'un "petite poche" édité par Thierry Magnier

    écrit par Patrice Favaro

    Une histoire qui tout particulièrement par ici aura besoin

    de circuler haut et fort

    (Un vieux loup paresseux cherche une solution pour croquer les tendres brebis sans se fatiguer. Sa fille, plus ambitieuse, relègue les anciennes manières de son père et modernise la méthode de séduction. Mais les brebis ne sont pas si sottes...

    Une fable contemporaine avec plusieurs lectures possibles)

     

    la fille du loup.jpg


    "Une petite poche qui j'espère permettra de conjuguer nos luttes avec les outils de l'intelligence et de la générosité : l'écrit, le lire, le dire, le goût de l'autre et du partage..." Patrice Favaro

    MERCI pour ces mots-nomades

    Et puisqu'on est dans les choses importantes !

    On continue avec ces deux autres messages reçus

    • L'un d'Antoine Dole, un auteur à qui l'on tient particulièrement, qui lui aussi sort un livre essentiel, dont Madeline a déjà parlé !

    Copier cent fois.JPG

    A copier 100 fois, Antoine Dole, Sarbacane

    Et voici ce qu'Antoine en dit : "Dans "A copier cent fois", j'ai voulu parler pour l'un de ces ados. (un jeune homosexuel sur 4 tentera de mettre fin à ses jours au cours de la découverte de son orientation sexuelle). Un ado de 13 ans qui tente de se construire, de trouver en lui l'énergie, les mots, la force, pour affronter les brimades au collège et les injonctions de son père à "être un homme" à la maison. 

    Ce roman est au prix de 6 euros, de sorte à être le plus accessible possible. Le but n'est pas d'en vendre des cartons, mais de faire que ce court texte puisse toucher le jeune public, et plus particulièrement des jeunes qui cherchent une passerelle, un outil de dialogue."

    Les débats actuels autour du mariage pour tous sont d'une violence rare, et au-delà des débats de société, ne font que relancer des interrogations dans la tête des plus jeunes. Quels que soient nos valeurs, nos avis sur tout cela, le dialogue reste primordial. "

     

    • L'autre a été relayé par Laurence et concerne un texte essentiel de Philippe Meirieu sur la refondation de l'École... Vous pouvez le découvrir ou le redécouvrir ici !

    Et ici et pour aller plus loin, le blog de Philippe Meirieu

  • Troisième ptitdéjauxlivres

    Jamais deux sans trois... ! Mais il y en aura d'autres. D'ailleurs vous pouvez d'ores et déjà noter la date du samedi 5 mai si vous voulez nous retrouver autour d'un café-thé-croissant de livres. Retrouvailles donc presque rituelles mercredi dernier autour de nos coups de coeur.

    Cette fois-ci, pas de thème, libre cours à notre imagination.

    • Et ça a commencé par un livre qui fait débat, et comme le débat n'est pas clos, on attend des réactions mais on vous en parle quand même. Il s'agit d'un livre d'une danoise Janne Teller, publié aux Grandes Personnes. Le titre pose déjà la question : Guerre et si ça nous arrivait ?

    Pour vous faire une idée, il commence à y avoir quelques bons articles sur le net.... Par ci,   et par là

    ou là ?

    Bon, c'est vrai, là c'est pas vraiment des contradicteurs...et ricochet en parle aussi en bien !

    • Ensuite Madeline a réveillé nos envies de nouvelles découvertes avec trois livres que nous avons vite achetés (Jolene, de Shaïne Cassim, à l'école des loisirs - Madame Pamplemousse et ses fabuleux délices, de Ruppert Kingfisher dans une nouvelle collection Albin Michel : Witty et Joe Millionnaire de David Walliams dans la même collection)  et dont elle parle si bien ici sur le site de l'Eau Vive.... Alors entre temps elle a fini celui-ci :

    jolene.jpg

    et confirme sa première impression, elle adoooore.

    Puis, elle nous a donné envie de rire avec ces deux-là :

    • Et puisque l'humour nous tient, Mélanie a continué avec un gros succès bien accrocheur par le titre déjà : Dear Georges Clooney, tu veux pas épouser ma mère, de Susin Nielsen, Hélium

     

    des détails ici

    • Puis petit clin c'oeil BD avec la série des "celles que..." de Vanyda

     

    • Et seconde couche pour la BD avec la collection des Chroniques de... de Guy Delisle et en particulier celles de Jérusalem, recommandées par Gwen et Mélanie toutes deux (entre autres !)

    • Un autre livre qui nous pose question mais qu'on n'a pas encore eu le temps de bien lire... Affaire à suivre donc ! Et Anne Herbauts, on l'aime tellement qu'on veut prendre le temps.

    • Et au débotté pour finir, pour continuer jusqu'à la sonnerie du gong d'ouverture de la librairie, Madeline nous a lu et nous avons adoré, même si les illustrations ne sont pas convaincantes sur la totalité en tout cas : Mille petits poucets de Yann Autret et Sylvie Serprix aux éditions Grasset.


    Et le scoop du jour, c'est que nous avons découvert que l'Écureuil et la lune de Sébastian Meschenmoser, Mineditions, existe en version grand format,

    et ça c'est vraiment très bien pour lire (la typo est grosse) et apprécier les superbes et délirantes illustrations !

    A SUIVRE !

  • Le deuxième Ptit'déjauxlivres (2) pour ... s'émouvoir

    Après le rire, du ptit'déjauxlivres, voici ce qui est sorti

    de nos sacs à livres pour nous émouvoir  d'un côté ou de l'autre :

    • Moi, Berlioz, Chien de la cloche, Stéphane Henrich, kaléidoscope

    9782877676830FS.gif

    Histoire de dire, comme le précise Laurence, qu'il n'y a pas forcément les bons d'un côté, les méchants de l'autre, mais que la richesse, c'est d'être ensemble, de partager, de se connaître et s'apprécier même si des mondes nous séparent en apparence.

    • Méli-Mélo en Chine, Martine Perrin, Milan

    meli.jpg

    Histoire de se rappeler que le travail de Martine Perrin est très émouvant et qu'il interpelle qu'on soit grand-mère ou toute petite fille, adulte ou enfant. Découvrir un monde autre, toucher, s'émerveiller des couleurs, des formes, des découpes, imaginer ce qui se cache dans un vide ou dans un creux... 

    • Monsieur Chopin ou le voyage de la note bleue, Carl Norac, Delphine Jacquot, Didier Jeunesse (dit par Jacques Bonnafé, Shani Diluka au piano)

    chopin.jpg

    A écouter, à lire, à relire en boucle peut-être, parce que des lettres échangées, parce que Chopin, parce que cette collection de Didier Jeunesse nous permet des découvertes inattendues et plaisantes aux oreilles.

    • Le Maître des estampes, Dedieu, Seuil

    estampes.jpg

    Sur le ton de la fable, la découverte du long et patient et silencieux travail de l’artiste qui vise la perfection de l'oeuvre. Un texte poético-politique suivi d’un extrait du carnet de croquis du maître. Un débat ouvert aussi sur le mot estampe... A vos recherches !

    • A-A-A-A Atchoum, Philip C. Stead, Erin E. Stead, kaléidoscope

    aaatchoum.jpg

    Une merveille d'émotion dans l'histoire, dans l'illustration, un livre qui réconcilie, qui touche, qui fait du bien, qui dit tout simplement l'amitié, l'empathie, la solidarité... Un livre qui ne risque pas de perdre le triple A, il en a même quatre, et il les mérite largement (Note d'humour noir !)

    •  Même si..., Mino & Nicolas Bianco Levrin, Lettr'ange

    me^me.jpg

    Un livre original et étonnant qui dit la vie tout simplement... Euh, non pas tout simplement justement. Tout en émotions visuelles et sensuelles. Merci à Thomas (Scotto) de m'avoir délicatement amenée à cette rencontre. "Même si..." j'ai une petite envie autre de la fin, juste un mot qui changerait ! Mais ceci est une autre histoire. Et pour la petite histoire, parmi les milliers de livres qu'il y avait à la Fête du Livre de Saint Paul, mon amie Sandra, avant même que l'on se retrouve pour échanger, était allée directement vers ce livre, sans savoir que je venais de faire cette découverte juste quelques minutes auparavant !

    •  Je m'appelle Mina et j'adore la nuit. Tout semble possible la nuit quand le reste du monde est endormi, David Almond, Gallimard Jeunesse

    mina.jpg

     Alors là, celui-là, c'est le coup des coups coeurs, il a tout, toute la vie : le rire, les larmes, la fantaisie, la sensibilité, ... J'en passe et des meilleures, et puis Gaëlle a déjà tout dit et tellement bien dit, comme toujours. Allez plutôt jeter un oeil, , et surtout précipitez vous pour ouvrir ce livre qui vous surprendra à plus d'un titre !
  • Le deuxième Ptit'déjauxlivres (1) pour rire

    Samedi 18 février, 8h30, devant la porte de la librairie L'Eau Vive à Avignon.

    Les "Grains de lire" matinaux se retrouvent pour la deuxième fois de cette nouvelle année pour partager croissants, cafés, thés, et jus d'orange autour de petits coups de coeur de lecture.

    Pour ce deuxième rendez-vous, on s'était dit que chacun apportait dans sa besace, un livre pour rire, et un livre qui nous touche particulièrement.

    Voici donc ce qui est sorti pour rire de nos sacs à livres :

    • Carottes râtées et autres fautes de goût, Arnaud Nebbache, âne bâté éditions

      38826480_8257022.jpg

     

    Des expressions culinaires détournées en mots tordus et illustrées en papier déchiré... Tout ce qui nous plaît : jeux de mots et papiers !

    • Inventions complètement inventées, Pierre-Dominique Burgaud, Laure Solus Babinet, Gautier Languereau

    inve.jpg

    C'est pas récent, mais plein d'humour ! Saviez vous que "Les escargots ont été inventés sans pieds pour ne pas avoir les pieds mouillés quand ils rentrent chez eux"

    • Je veux mon chapeau, Jon Klassen, Milan Jeunesse

    Un ours très poli à la recherche de son chapeau, qui croise les animaux de la forêt et leur demande qui a vu son chapeau. Evidemment personne ne l'a vu, mais...parmi ceux qui disent "ce n'est pas moi", ou "je ne sais pas, j'ai rien vu", il y en a toujours un qui ne dit pas forcément la vérité ! Une chute savoureuse et un besoin de revenir devant chaque animal, histoire de voir...

    • Loup, que fais-tu ? Yveline Méhat, Laure du Faÿ, Milan

    En référence au petit chaperon rouge, une petite fille très coquine qui taquine le loup, et finit par vraiment l'empêcher de faire ce qu'il veut par ses questions. Une chute totalement inattendue qui en fera rire plus d'un !

    • L'encyclopédie approximative du poney, Manu Boisteau, Thierry Magnier

    Un livre, nous l'avouons, que la couverture aurait pu nous empêcher de découvrir. Merci donc à Mélanie d'avoir partagé avec nous les rires de ses lecteurs de collège. Car oui, ce livre fait rire. Il désacralise la rivalité entre les amatrices de dauphin et les amatrices de poney, et avec un ton un peu iconoclaste, nous fait découvrir sous d'autres formes les joies du poney... En recette de cuisine par exemple, Le poney basquaise ! Un article pour mieux le découvrir sur le site d'une librairie sorcière, la librairie M'Lire à Laval.

    • Aïe, Emile Jadoul, Casterman, collection Ziplaboum

    Pour les tout-petits une petite collection cartonnée, sans texte ou presque. Chaque animal fait son petit cri quand l'abeille pique...Mais ça se finit pas si simplement ! Il existe dans cette collection Smack, Zou, Plouf...

    • Leçon de vol, Sébastian Meschenmoser, Petite Plume de carotte

    Alors celui là, comment en parler sans l'avoir entre les mains, parce que la saveur vient tout particulièrement du travail d'illustration. Il a publié aussi des histoires de Molosse le chien, et d'un écureuil. Un artiste à suivre. Enfin, nous on adore !

  • Un joli mercredi (1)

    Ce matin, aux presque-aurores, une première !

    Dans les rues vides d'Avignon les pieds claquent sur le trottoir, les bouches s'embuent, les cols sont relevés bien haut sous les nez et les écharpes enrubannent le tout.

    Devant l'Eau Vive, un petit rassemblement insolite pour notre premier "Ptidéjauxlivres". Et ça sent les croissants chauds, le bon café et le thé d'Orient entre les étagères. Les joues toutes rougies se félicitent d'avoir bravé les - 4 ° pour se retrouver autour de livres à partager de si bon matin.

     

    Accueillis plus que chaleureusement par toute l'équipe de l'Eau Vive, une poignée de "Grains de lire" a pu découvrir la petite pile de trésors dénichés par Madeline. Des trésors avec lesquels elle a réveillé tout en douceur nos appétits de pages.

    Un bouquet de livres tous aussi différents que savoureux,

    dont on vous livre ici quelques effluves :


    L'école est finie.jpg

    L'école est finie

     

    • Yves Grevet
    • Mini- Syros

    Dans un futur malheureusement peut-être pas si lointain si on continue à ce train-là, les enfants sont éduqués dans de drôles d'écoles. Des écoles où il est question d'entreprise, de bons d'achats en récompense, ... Jusqu'au jour où des "petits indignés"  refusent de rester dans ce système sans ouverture sur le monde, sans culture... A mettre entre toutes les mains en ces temps où l'école est bien mise à mal ! (H)

     

    les poings sur les ilesi.jpg

    Les poings sur les îles

     

    • Elise Fontenaille
    • Illustrations Violeta Lopiz
    • Rouergue

    Luis, le grand-père exilé à "la langue d'oiseaux", ne sait ni lire ni écrire. Mais il sait embrasser, apprécier, prendre avec lui le monde qui l'entoure. Son petit fils qui entre au CP sait lui aussi regarder le monde de son grand-père avec tendresse. Il la trouve dans ses yeux, sur ses tatouages, dans les histoires qu'on lui raconte de l'enfance de Luis, dans les mots que Luis déforme avec poésie. Ce petit garçon là est absorbé par la beauté des petits riens qui font la vie des grands hommes, tout comme nous le sommes devant les illustrations qui portent si bien l'émotion du texte. (H)

     

    l'enfant phoque.jpg

    L'Enfant-phoque

     

    • Nikolaus Heidelbach
    • Les Grandes Personnes

    Un nouveau regard sur une légende inuit qui raconte comment l'Homme et le phoque ne peuvent faire qu'un chez les peuples de la mer. Un conte fort, puissant, servi par l'univers si particulier de Nikolaus Heidelbach. A lire et relire en écho avec les autres versions de la Femme Phoque ?. (H)  

     

    Asdiwal.jpg

    Asdiwal, L’indien qui avait faim tout le temps

    • Manchette
    • Illustrations Loustal
    • Gallimard jeunesse

    C’est au cours de l’été 1966, à Paris, que Jean-Patrick Manchette écrit pour son fils, alors en vacances en Provence loin de lui, les aventures d’Asdiwal, un indien Tsimshian. Le début du conte est absolument délicieux, et la langue immédiatement truculente, inventive. Je trouvais le mot Tsmishian particulièrement difficile à prononcer plusieurs fois de suite dans la même phrase, et j’étais convaincue que ce peuple d’indiens sortait tout droit de l’imaginaire de Manchette, mais pas du tout, les indiens Tshimshians existent bel et bien et Asdiwal est un héros de leur mythologie (Claude Lévi-Strauss fit d’Asdiwal, en 1958, le modèle de son analyse des mythes amérindiens). Manchette se moque bien des ethnologues, en tout cas, et raconte des aventures incroyables, savoureuses, drôles, que Loustal illustre avec talent. (M)

     

    un goûter en forêt.jpg

    Un goûter en forêt

     

    • Akiko Miyakoshi
    • Syros

    Un petit clin d'oeil à un nouveau Chaperon Rouge ? ll y a bien une grand-mère, un gâteau, une forêt...Mais ils sont tous pleins de surprise. Les splendides illustrations d'Akiko Miyakoshi nous plongent dans un univers de contrastes tout en finesse, de questions suspendues, partagées entre la peur, l'inquiétude et la découverte d'un monde inattendu. Un petit tour dans cette forêt là est indispensable pour partager le goûter mais pas que ça ! (H)

     

    le retour de la demoiselle.jpg

    Le retour de la demoiselle

     

    • Cathy Ytak
    • L'École des Loisirs

    La nature saccagée pour le profit... Belle actualité. Un texte poétique qui nous emmène dans l'univers de la musique et plus particulièrement de la harpe celtique. Cathy Ytak, nous aimons beaucoup ce qu'elle écrit. Elle est venue à notre rencontre au salon d'Apt en 2009, et depuis nous partageons son univers et l'apprécions. Elle vient de publier aussi un très bon "photo-roman" (Il se peut qu'on sévade) dans la version "relookée" de ces ouvrages publiés chez Thierry Magnier, qui font le lien entre photo et écriture. (H)

     

    Anka.jpg

    Anka

     

    • Guillaume Guéraud
    • DoaDo Noir - Rouergue

    Un nouveau Guillaume Guéraud, c'est toujours l'occasion de se frotter à plein de questions. Le parti pris de départ est très prenant. On commence avec la visite de deux policiers qui annoncent à un lycéen la mort de sa mère... Sauf que sa mère, précisément pousse la porte de la maison quelques minutes plus tard. Violence du choc, violence de la question, violence d'un secret ? Il y a comme souvent chez Guillaume Guéraud, de la force, de la violence, des chocs en pleine face, et aussi des questions : tous les "gros mots" sont-ils toujours utiles ? A force de trop ne déssert-on pas le propos ? La question reste, et le livre aussi ! (H)

     

    le faire ou mourir.jpg

    Le faire ou mourir

    • Claire-Lise Marguier
    • DoaDo, Rouergue

    Damien – Dam – a seize ans. Le jour où il se fait frapper par des skateurs, c’est la bande à Samy qui le sauve.

    « Moi des fois je me sentais vide, et d’autres fois trop plein, sans que jamais ça s’équilibre. »

    Le premier roman de Claire-Lise Marguier, c’était la claque de l’automne. A manquer d’air vers la fin. Tout le long, même. Presque pas de respirations, des phrases courtes, des scènes où on s’accroche, une vraie belle voix, juste. Une fin terrible, et puis, en vrac, tout ce qui fait l’adolescence, la famille, les questions, l’amour. (M)

    Chaque soir à onze heures.jpg

    Chaque soir à onze heures

     

    • Malika Ferdjoukh
    • Flammarion

    Une nouvelle collection Emotion. Une couverture rose bonbon. Un monde qui ne parle peut-être pas à tout le monde. Et pourtant, une très belle écriture, avec des trouvailles originales. Une couleur qui a quand même attiré Romain et l'a séduit. Une sorte d'attente qu'on ne lâche pas et... un petit extrait qui résonne en moi, ça fait quand même quelques bonnes raisons pour se laisser emporter :

    "Je ne sais pas vous, mais moi, j'aime connaître le titre des livres que les gens lisent, dans le métro, le bus, ou les profs au lycée...

    Je ne sais pas vous, mais moi, si j'ai lu et aimé le livre que lit un passant, eh bien ce passant devient un peu mon ami. Tant pis pour lui s'il l'ignore et l'ignorera toute sa vie."

     

    le monde dans la main.jpg

    Le monde dans la main

     

    • Mikaël Olivier
    • Thierry Magnier

    Un livre dont il a beaucoup été question un peu partout sur la toile et dans les journaux. Un auteur incontournable. Une belle rencontre obligée par la force des choses entre un père et son fils. Et des surprises à des endroits où l'on n'imaginait pas que l'auteur pouvait nous emmener. Alors on veut bien l'avoir le monde dans la main si c'est pour ces bonnes raisons là. (H)

     

    toute une vie.jpg

    Toute la vie

    • Jérôme Bourgine
    • Exprim’, Sarbacane - 15 €

    Quatre narrateurs : la mère, la fille, le fils, le voisin. La famille Gravelos (oui oui) : une mère absolument insupportable, une fille de douze ans télépathe et son demi-frère de treize ans à moitié obèse et franchement malade. L’histoire commence quand Hannah se met dans la tête de faire se rencontrer Daniel, le voisin du dessous, et Isa, la mère célibataire paumée. Mais la vraie rencontre, c’est celle qui aura lieu entre Daniel et Michel. L’amour, juste.

    Quatre voix différentes (et quelques personnages secondaires, le père d’Hannah, celui de Michel, et puis Claire) pour quatre personnages et un livre que l’on ne peut pas lâcher, tout simplement. « Et si la vie était un vaste jeu vidéo auquel nous jouons tous en réseau ? ». Les paragraphes sont souvent très courts, ça va très vite, c’est drôle, c’est très très drôle… et on pleure, aussi. C’est exactement le titre, c’est Toute la vie. (M)

  • Dans l'oeil de Marie Georges une gigantesque petite chose

     On y revient parce que décidément il ne faut pas passer à côté !

    Merci à Marie-Georges de LA rappeler à nous...

     gigantesque.jpg

    Tout d'abord le format de l'album : un GRAND format ; au premier coup d'oeil, tiens,

     un nouvel Alemagna !

    On s'approche : en bas de la couverture « La … petite chose » en blanc avec un espace sombre entre les deux premiers mots, non, c'est aussi un mot, de la même police, mais en foncé, le mot « gigantesque », bigre !

    Au-dessus, prenant tout l'espace, une petite fille plonge la main dans un trou sur une plage, le seau posé à côté d'elle, elle a l'air concentré, bouche fermée et yeux ouverts, elle cherche à attraper quelque chose...

      Tout est dans ce petit moment de (chut!), attendons avant de révéler noir sur blanc la nature de ce moment.

      En quatrième de couverture, l'incipit de l'ouvrage :

    « Un jour d'été, elle est passée par là... »

     On ouvre, on met son nez et son visage tout entier dans l'album, il sent bon …

     Puis on lit avec gourmandise, sans en perdre une miette.

    Au fil des pages, on LA suit, ou plutôt on LA découvre en creux, elle n'est plus là , elle est passée par ici, on s'en rappelle, on ne l'a plus et on fait celui qui ne regrette pas, parce qu'on ne peut pas faire autrement, elle s'est cachée dans une larme, elle fait peur à certains, on ne peut pas la thésauriser, elle vient et elle part, elle s'envole, pire : on ne l'a pas vue passer et c'est trop tard, elle est partie...

    Et à la fin, la surprise du pressenti tout au long de la lecture qui se révèle avec un genre opposé mais non écrit.

     Hum ! Et non, je ne l'écrirai pas noir sur blanc,

     il vous faudra aller le découvrir par vous-même,

     je ne veux pas vous priver d'un moment de …

     cette gigantesque petite chose.

    (Marie-Georges, le 11.11.11 !)

    La gigantesque petite chose, Beatrice Alemagna,

    Autrement jeunesse.

     

  • Coup de coeur de la rentrée

    Un gigantesque coup de coeur pour un immense album.

    Un objet grandiose pour dire tellement de choses en si peu de mots.

    Un livre pour tous.

    Une attente, un questionnement, une rencontre à chaque page.

    Une surprise de dernière page - que je ne vous révélerai pas bien évidemment -

    pleine d'émotions...

     

    Et cette drôle de chose, c'est :

     

    la gigantesque.jpg

    La gigantesque petite chose, Beatrice Alemagna, Autrement jeunesse.

    Et Gaëlle nous en parle toujours aussi bien, dans une toujours aussi belle présentation sur son toujours aussi chouette blog :

    Et puis il y a un deuxième coup de coeur, pour un livre évident pour nous Nomades du livre, et voici pourquoi :

    Contes nomades.jpg

    C'est bien sûr aussi l'occasion de rendre à nouveau hommage à Rue du Monde qui décidément continue d'inventer des choses à défendre (L'été des bouquins solidaires entre autres) et à Catherine Gendrin, brutalement décédée en décembre 2010.

    Une belle chance offerte pour continuer de donner vie à ses mots et continuer de les porter de part le monde sur des chemins sans frontières.

    En cerise sur le gâteau, une phrase qu'il faudrait que nous affichions sur nos malles, valises, boîtes, sacs, cartons :

    "Bon voyage avec les nomades.

    Ils ont dans leur baluchon rien de moins que le monde entier"

     

    P(etit) S(ecret) : Rue du monde vient aussi de sortir un livre

    Bibli des deux ânes.jpg

    qui rend hommage à la bibliothèque nomade d'un colombien qui traverse les montagnes pour porter dans les villages les plus reculés des livres que les enfants attendent comme des promesses de liberté. 

  • Les coups de coeur de mars des Nomades

    "Les nomades du livre" se sont retrouvés à Pernes les Fontaines pour une journée réseau... Entre les pistes de travail, la préparation de nos projets, le partage d'informations, la mise au point de la Tournée nomade des auteurs du Joli mois de mai, nous avons croisé quelques coups de coeur que voici :

     

    Pays sages.jpg

    Pays Sages, Eric Battut, Bilboquet

     

    Du vert, du rouge, du bleu, du noir, du rose, du jaune, du blanc... toutes ces couleurs s'expriment en 12 petites poésies sur la nature et s'étalent en de superbes aquarelles.

    Une idée très originale qui allie la poésie, l'art, l'observation de la nature et des éléments qui nous entourent.  

    Un bel album pour résonner avec les infinis paysages du Printemps des poètes.

    Mais un album indisponible, qu'il nous faudra aller piocher sur les rayons de nos bibliothèques.

    La toute petite mouche, Michael Rosen, Kevin Waldron, Didier Jeunesse

    la toute petite mouche.gifDans la savane, le tigre, l’hippopotame et l’éléphant en décousent avec une toute petite mouche aussi coquine qu’habile. Tour à tour, les animaux subiront les assauts de la petite mouche

     

    Des splendides illustrations, de l'humour, des animaux dans des postures élégantes et la petite mouche qu'il faut suivre...

    C'est le coup de coeur d'Eliane qui cherchait un grand livre et qui n'a pas été déçue !

     

     

     

    Poussez pas, Martine Perrin, Milan

    poussez pas.jpg

    Une autruche qui court derrière un rhinocéros, qui court derrière un zèbre… Page après page, des moitiés d’animaux se dévoilent dans une course folle. A la fois imagier des animaux, jeu graphique, exercice de discrimination visuelle… un ouvrage qui a tout pour séduire les tout-petits ! Dans cet ouvrage, chaque double page laisse voir une moitié d’animal, laissant à l’enfant le soin d’imaginer de quel animal il s’agit. Il retrouve ensuite sa tête à la double page suivante, poursuivant un autre animal, dont il ne voit que l’arrière. Et ainsi de suite, dans une course effrénée. Jusqu’à ce que cette ribambelle d’animaux croise un camion rempli d’hommes. Au coeur de la savane africaine, une course un peu folle qui joue la carte des devinettes et du ludique ! L’enfant doit reconnaître les animaux en ne voyant que la moitié de leur corps. Et, comme toujours dans les ouvrages de Martine Perrin, les possibilités d’apprentissage et de jeux sont multiples : reconnaître les animaux, se souvenir de l’ordre des séquences, jeu de couleurs qui fait, qu’à la fin du livre, tous les animaux se retrouvent dans la couleur de leur fond de départ. (présentation de l'éditeur)...

    Et Murielle de nous préciser que ce livre permet à un petit garçon de 18 mois et quelques de rester tranquille...!

    Ma petite usine, Rascal, Stéphane Girel, Rue du Monde

     

     

    girelusine.jpg

     

     

    Sa vieille machine sur la tête, le petit couturier file de village en village. De Popo à Lassou, il recoud les boubous, découpe les maillots et rapièce les genoux. De fil en aiguille, il se fait aussi découpeur de boa, accoucheur de bébé ou rafistoleur d'amour. 

    Ce livre était aussi dans la sélection de Ricochet, dont vous pouvez retrouver les derniers coups de coeur ici : 

    http://www.ricochet-jeunes.org/toute-la-selection

    Pleine Lune, Antoine Guilloppé, Gautier Languereau

    pleine lunde.jpg

    Une splendeur indispensable...

    Monsieur Cent têtes, Ghislaine Herbéra, MeMo

    Monsieur Cent têtes.jpgEt comme cet album a eu un prix. Celui du premier album des librairies Sorcières,  à Montreuil en décembre 2010, il faut aller lire l'article et la présentation ici :

    http://lsj.hautetfort.com/archive/2010/11/19/prix-1er-album-2010-monsieur-cent-tetes-de-ghislaine-herbera.html

     

     

     

     

    Bien avant toi, Rascal, Mandana Sadat, Didier Jeunesse

     

    bien avant toi.jpg

     

    Et pour en parler, l'occasion de découvrir un autre blog de partages de lectures par ici :

    http://parfumsdelivres.blogspot.com/2010/04/bien-avant-toi-de-rascal-et-mandana.html

    Dans combien de temps je serai grand ?, Stéphane Servant, Sandra Poirot-Chérif, Rue du Monde

    dans combien de temps.jpg

    Une bien belle question avec des réponses toutes plus poétiques les unes que les autres !

    En fait, finit-on vraiment de grandir un jour ? 

    Rien n'est moins sûr.

    Surtout si chaque jour on plante son nez dans les livres, et qu'on regarde pousser et germer les graines qui les remplissent .

     

     

    Et au fait, c'est quoi un livre ?C'est ça par exemple : 

    C'est un livre, Lane Smith, Gallimard

    c'est un livre.jpg

    Et en plus, c'est pas n'importe qui qui le définit :

     Lane Smith est l'un des plus grands graphistes et créateurs
    d' albums américains. Il a écrit un LIVRE qui fut un
    best seller du New York Times. Ses illustrations dans un
    LIVRE ont gagné la médaille du Caldecott, le plus important
    prix d illustration aux États Unis. Il a écrit et illustré
    un autre LIVRE qui fut dans de nombreuses listes des
    « meilleurs livres » de magazines, et qui fut même consacré
    plus bel album illustré de l'année par le New York
    Times. Il a réalisé les illustrations d'un LIVRE qui s est
    vendu à des millions d exemplaires. Il a également illustré
    les LIVRES d'autres auteurs, dont James et la grosse
    pêche, de Roald Dahl. Il est marié à Molly Leach, qui est la
    directrice artistique de tous les LIVRES cités ci-dessus.

     

    Et puis il y a eu un coup de coeur à trois voix dans l'univers poético-magnifique et tactilo-sensuel de Anne Herbauts, avec son "De quelle couleur est le vent ?" aux éditions Casterman

    de quelle couleur est le vent.jpg

    de quelle 2.jpg

     

     

     

     

     

     

    de qelle couleur 3.jpg

    Avec un article sur le blog de Gaëlle que l'on apprécie tant :

    http://tourner1page.fr/?tag=de-quelle-couleur-est-le-vent

     

    Et enfin deux autres coups de coeur, un peu particulier, parce qu'ils nous ouvrent les portes et tracent des chemins pour des nouveaux projets ! Merci à Magali et à Frédérique

    De la cuisine aux comptines, Ana Popovici, Christian Merveille, Grain de Sel, Editions du Pépin

    de la cuisine aux comptines.jpgPlaisir de mets, plaisir de mots. Chaque recette est associée à une lettre de l'alphabet. Chaque lettre de l'alphabet, à une comptine. Et chaque comptine, à une illustration. Un concept intelligent, ludique et gourmand. Découvrez-le sans tarder ! Et bon appétit !

    Celui là aussi est indisponible, mais on sait que Magali l'a !

     

     

    Et pour finir, un hommage à Nicolas Bouvier avec une recommandation de Frédérique de lire l'indispensable "L'usage du monde" (sorti en poche) et "L'oeil du voyageur" (Photos, éditions Hoebeke)

    L'usage du monde.jpg

    l'oeil du voyageur.jpg