84410

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livres trésors pour...

  • Des livres pour...

    livres pour.jpg

     

     

     

    Nous avons dit "DES LIVRES POUR..."

    Nous avons mis sur la vitrine de la Boutique Éphémère des mots pour dire et rire.

    Nous pensons qu'il existe des centaines de livres pour en parler. Et la librairie Comptines de Bordeaux, relayée par le site des librairies Sorcières, nous propose une bibliographie repère. Merci à elles.

  • Une drôle et belle famille

    Suite à la venue de Laurent Moreau

    coup de foudre pour un livre !

    Ma famille sauvage, Laurent Moreau, Hélium

     

    MA-FAMILLE-SAUVAGE_COUV.jpg

    Et un petit commentaire pour l'accompagner, c'est du vécu.

    La famille est souvent mise à toutes les sauces. En écho au mot "Famille" on entend parfois "Quelle famille !". Parfois certains pensent à André Gide et son douloureux "famille je vous hais".

     Ici chez Laurent Moreau on rencontre une famille extraordinaire, riche et superbe dans les images et attachante et touchante, pleine de clins d'oeil et de vérités dans les mots.

     Un album qui emporte, fait sourire, rire, véritable regard sur la vraie famille, celle faite d'un ensemble, de chacun, des autres, de nous tous. Un album pour dire nos caractères, nos différences, nos petits travers, les particularités qui nous composent et nous donnent vie.

     Et pour l'avoir lu à voix haute à un groupe d'adultes et d'enfants, je peux vous dire qu'il y avait des vrais éclats de rire dans les yeux des grands comme des petits, et des étincelles dans les sourires. Et Nasra, Bilal, Soumya, Halima, Khadija, Anisse, Ayoub et les autres en redemandaient.

     Alors, voilà un album à mettre dans nos grandes poches et à lire partout pour tous.

     Hélène  Nomade du livre

     Un lien ou deux pour aller plus loin avec Laurent Moreau

    Là et là.

     

  • Des voeux de "mots-nomades"

    Voici en clin d'oeil des voeux lumineux

    annonciateurs d'une belle éclaircie (entre ombres et lumières)

    de nos amis Patrice et Françoise, descendus

     de leur montagne

    voeux favaro.jpg

    Et profitons-en pour annoncer la sortie prochaine

    d'un "petite poche" édité par Thierry Magnier

    écrit par Patrice Favaro

    Une histoire qui tout particulièrement par ici aura besoin

    de circuler haut et fort

    (Un vieux loup paresseux cherche une solution pour croquer les tendres brebis sans se fatiguer. Sa fille, plus ambitieuse, relègue les anciennes manières de son père et modernise la méthode de séduction. Mais les brebis ne sont pas si sottes...

    Une fable contemporaine avec plusieurs lectures possibles)

     

    la fille du loup.jpg


    "Une petite poche qui j'espère permettra de conjuguer nos luttes avec les outils de l'intelligence et de la générosité : l'écrit, le lire, le dire, le goût de l'autre et du partage..." Patrice Favaro

    MERCI pour ces mots-nomades

    Et puisqu'on est dans les choses importantes !

    On continue avec ces deux autres messages reçus

    • L'un d'Antoine Dole, un auteur à qui l'on tient particulièrement, qui lui aussi sort un livre essentiel, dont Madeline a déjà parlé !

    Copier cent fois.JPG

    A copier 100 fois, Antoine Dole, Sarbacane

    Et voici ce qu'Antoine en dit : "Dans "A copier cent fois", j'ai voulu parler pour l'un de ces ados. (un jeune homosexuel sur 4 tentera de mettre fin à ses jours au cours de la découverte de son orientation sexuelle). Un ado de 13 ans qui tente de se construire, de trouver en lui l'énergie, les mots, la force, pour affronter les brimades au collège et les injonctions de son père à "être un homme" à la maison. 

    Ce roman est au prix de 6 euros, de sorte à être le plus accessible possible. Le but n'est pas d'en vendre des cartons, mais de faire que ce court texte puisse toucher le jeune public, et plus particulièrement des jeunes qui cherchent une passerelle, un outil de dialogue."

    Les débats actuels autour du mariage pour tous sont d'une violence rare, et au-delà des débats de société, ne font que relancer des interrogations dans la tête des plus jeunes. Quels que soient nos valeurs, nos avis sur tout cela, le dialogue reste primordial. "

     

    • L'autre a été relayé par Laurence et concerne un texte essentiel de Philippe Meirieu sur la refondation de l'École... Vous pouvez le découvrir ou le redécouvrir ici !

    Et ici et pour aller plus loin, le blog de Philippe Meirieu

  • Un joli mercredi (1)

    Ce matin, aux presque-aurores, une première !

    Dans les rues vides d'Avignon les pieds claquent sur le trottoir, les bouches s'embuent, les cols sont relevés bien haut sous les nez et les écharpes enrubannent le tout.

    Devant l'Eau Vive, un petit rassemblement insolite pour notre premier "Ptidéjauxlivres". Et ça sent les croissants chauds, le bon café et le thé d'Orient entre les étagères. Les joues toutes rougies se félicitent d'avoir bravé les - 4 ° pour se retrouver autour de livres à partager de si bon matin.

     

    Accueillis plus que chaleureusement par toute l'équipe de l'Eau Vive, une poignée de "Grains de lire" a pu découvrir la petite pile de trésors dénichés par Madeline. Des trésors avec lesquels elle a réveillé tout en douceur nos appétits de pages.

    Un bouquet de livres tous aussi différents que savoureux,

    dont on vous livre ici quelques effluves :


    L'école est finie.jpg

    L'école est finie

     

    • Yves Grevet
    • Mini- Syros

    Dans un futur malheureusement peut-être pas si lointain si on continue à ce train-là, les enfants sont éduqués dans de drôles d'écoles. Des écoles où il est question d'entreprise, de bons d'achats en récompense, ... Jusqu'au jour où des "petits indignés"  refusent de rester dans ce système sans ouverture sur le monde, sans culture... A mettre entre toutes les mains en ces temps où l'école est bien mise à mal ! (H)

     

    les poings sur les ilesi.jpg

    Les poings sur les îles

     

    • Elise Fontenaille
    • Illustrations Violeta Lopiz
    • Rouergue

    Luis, le grand-père exilé à "la langue d'oiseaux", ne sait ni lire ni écrire. Mais il sait embrasser, apprécier, prendre avec lui le monde qui l'entoure. Son petit fils qui entre au CP sait lui aussi regarder le monde de son grand-père avec tendresse. Il la trouve dans ses yeux, sur ses tatouages, dans les histoires qu'on lui raconte de l'enfance de Luis, dans les mots que Luis déforme avec poésie. Ce petit garçon là est absorbé par la beauté des petits riens qui font la vie des grands hommes, tout comme nous le sommes devant les illustrations qui portent si bien l'émotion du texte. (H)

     

    l'enfant phoque.jpg

    L'Enfant-phoque

     

    • Nikolaus Heidelbach
    • Les Grandes Personnes

    Un nouveau regard sur une légende inuit qui raconte comment l'Homme et le phoque ne peuvent faire qu'un chez les peuples de la mer. Un conte fort, puissant, servi par l'univers si particulier de Nikolaus Heidelbach. A lire et relire en écho avec les autres versions de la Femme Phoque ?. (H)  

     

    Asdiwal.jpg

    Asdiwal, L’indien qui avait faim tout le temps

    • Manchette
    • Illustrations Loustal
    • Gallimard jeunesse

    C’est au cours de l’été 1966, à Paris, que Jean-Patrick Manchette écrit pour son fils, alors en vacances en Provence loin de lui, les aventures d’Asdiwal, un indien Tsimshian. Le début du conte est absolument délicieux, et la langue immédiatement truculente, inventive. Je trouvais le mot Tsmishian particulièrement difficile à prononcer plusieurs fois de suite dans la même phrase, et j’étais convaincue que ce peuple d’indiens sortait tout droit de l’imaginaire de Manchette, mais pas du tout, les indiens Tshimshians existent bel et bien et Asdiwal est un héros de leur mythologie (Claude Lévi-Strauss fit d’Asdiwal, en 1958, le modèle de son analyse des mythes amérindiens). Manchette se moque bien des ethnologues, en tout cas, et raconte des aventures incroyables, savoureuses, drôles, que Loustal illustre avec talent. (M)

     

    un goûter en forêt.jpg

    Un goûter en forêt

     

    • Akiko Miyakoshi
    • Syros

    Un petit clin d'oeil à un nouveau Chaperon Rouge ? ll y a bien une grand-mère, un gâteau, une forêt...Mais ils sont tous pleins de surprise. Les splendides illustrations d'Akiko Miyakoshi nous plongent dans un univers de contrastes tout en finesse, de questions suspendues, partagées entre la peur, l'inquiétude et la découverte d'un monde inattendu. Un petit tour dans cette forêt là est indispensable pour partager le goûter mais pas que ça ! (H)

     

    le retour de la demoiselle.jpg

    Le retour de la demoiselle

     

    • Cathy Ytak
    • L'École des Loisirs

    La nature saccagée pour le profit... Belle actualité. Un texte poétique qui nous emmène dans l'univers de la musique et plus particulièrement de la harpe celtique. Cathy Ytak, nous aimons beaucoup ce qu'elle écrit. Elle est venue à notre rencontre au salon d'Apt en 2009, et depuis nous partageons son univers et l'apprécions. Elle vient de publier aussi un très bon "photo-roman" (Il se peut qu'on sévade) dans la version "relookée" de ces ouvrages publiés chez Thierry Magnier, qui font le lien entre photo et écriture. (H)

     

    Anka.jpg

    Anka

     

    • Guillaume Guéraud
    • DoaDo Noir - Rouergue

    Un nouveau Guillaume Guéraud, c'est toujours l'occasion de se frotter à plein de questions. Le parti pris de départ est très prenant. On commence avec la visite de deux policiers qui annoncent à un lycéen la mort de sa mère... Sauf que sa mère, précisément pousse la porte de la maison quelques minutes plus tard. Violence du choc, violence de la question, violence d'un secret ? Il y a comme souvent chez Guillaume Guéraud, de la force, de la violence, des chocs en pleine face, et aussi des questions : tous les "gros mots" sont-ils toujours utiles ? A force de trop ne déssert-on pas le propos ? La question reste, et le livre aussi ! (H)

     

    le faire ou mourir.jpg

    Le faire ou mourir

    • Claire-Lise Marguier
    • DoaDo, Rouergue

    Damien – Dam – a seize ans. Le jour où il se fait frapper par des skateurs, c’est la bande à Samy qui le sauve.

    « Moi des fois je me sentais vide, et d’autres fois trop plein, sans que jamais ça s’équilibre. »

    Le premier roman de Claire-Lise Marguier, c’était la claque de l’automne. A manquer d’air vers la fin. Tout le long, même. Presque pas de respirations, des phrases courtes, des scènes où on s’accroche, une vraie belle voix, juste. Une fin terrible, et puis, en vrac, tout ce qui fait l’adolescence, la famille, les questions, l’amour. (M)

    Chaque soir à onze heures.jpg

    Chaque soir à onze heures

     

    • Malika Ferdjoukh
    • Flammarion

    Une nouvelle collection Emotion. Une couverture rose bonbon. Un monde qui ne parle peut-être pas à tout le monde. Et pourtant, une très belle écriture, avec des trouvailles originales. Une couleur qui a quand même attiré Romain et l'a séduit. Une sorte d'attente qu'on ne lâche pas et... un petit extrait qui résonne en moi, ça fait quand même quelques bonnes raisons pour se laisser emporter :

    "Je ne sais pas vous, mais moi, j'aime connaître le titre des livres que les gens lisent, dans le métro, le bus, ou les profs au lycée...

    Je ne sais pas vous, mais moi, si j'ai lu et aimé le livre que lit un passant, eh bien ce passant devient un peu mon ami. Tant pis pour lui s'il l'ignore et l'ignorera toute sa vie."

     

    le monde dans la main.jpg

    Le monde dans la main

     

    • Mikaël Olivier
    • Thierry Magnier

    Un livre dont il a beaucoup été question un peu partout sur la toile et dans les journaux. Un auteur incontournable. Une belle rencontre obligée par la force des choses entre un père et son fils. Et des surprises à des endroits où l'on n'imaginait pas que l'auteur pouvait nous emmener. Alors on veut bien l'avoir le monde dans la main si c'est pour ces bonnes raisons là. (H)

     

    toute une vie.jpg

    Toute la vie

    • Jérôme Bourgine
    • Exprim’, Sarbacane - 15 €

    Quatre narrateurs : la mère, la fille, le fils, le voisin. La famille Gravelos (oui oui) : une mère absolument insupportable, une fille de douze ans télépathe et son demi-frère de treize ans à moitié obèse et franchement malade. L’histoire commence quand Hannah se met dans la tête de faire se rencontrer Daniel, le voisin du dessous, et Isa, la mère célibataire paumée. Mais la vraie rencontre, c’est celle qui aura lieu entre Daniel et Michel. L’amour, juste.

    Quatre voix différentes (et quelques personnages secondaires, le père d’Hannah, celui de Michel, et puis Claire) pour quatre personnages et un livre que l’on ne peut pas lâcher, tout simplement. « Et si la vie était un vaste jeu vidéo auquel nous jouons tous en réseau ? ». Les paragraphes sont souvent très courts, ça va très vite, c’est drôle, c’est très très drôle… et on pleure, aussi. C’est exactement le titre, c’est Toute la vie. (M)

  • Au retour de Saint Paul

    Impossible d'arpenter le Plein Soleil (le gymnase de Saint Paul trois châteaux) sous les loupiotes rouges et noires, sans sentir nos regards vibrer, et nos coeurs battre la chamade pour des petits trésors.

     

    Voilà nos valises nomades remplies de nouveaux coups de coeur :

    • Pensées cachées, Franck Prévot, La maison est en carton

    http://www.lamaisonestencarton.com/?id=47&menu=a-mots-decouverts

     

    pensées cachées.jpg

     

    • Toi Émoi, Franck Prévot, La maison est en carton

     

    Toi émoi.jpg

     

    Des petits livres objets où les mots se cachent, s'offrent, se découvrent au gré des mouvements de nos mains et de nos yeux. A manipuler avec un poétique émerveillement !

    • Devant ma maison, Marianne Duboc, Casterman

     

    devant ma maison.jpg

     

    Une découverte du monde par un emboîtement de choses, lieux, objets...Partir de sa maison et y revenir après avoir traversé le monde et l'espace. Un hommage au poème d'Eluard.

    • Quand j'étais petite, Carole Lepan, Marcellin, Motus

     

    quand j'étais petites.jpg

    Un bien joli petit texte qui voyage dans les souvenirs d'enfance, ceux qui n'ont pas d'âge, et nous amène à retrouver le temps où "Je me suis demandé à quel moment j'ai cessé de croire que la Terre allait changer de sens. Je ne sais plus. J'ai oublié d'y penser"

    • Bouche cousue, François David, Henri Galeron, Motus

     

    bouche cousue.jpg

     

    Parce que tout ce qu'écrit François David nous parle et nous va droit au coeur et en tête, entre rires, sourires et larmes parfois. Et puis il faudrait avoir la collection complète de ces recueils finalement. Et quand en plus c'est illustré par Henri Galeron sur un papier au toucher si particulier, il ne faut pas s'en priver. J'y retourne...

    • Leçon de vol, Sébastian Meschenmoser, Petite Plume de carotte

    leçon de vol.jpgAlors en voilà un qui nous a plié de rire...Et ça c'est trop bien !. Les dessins sont un régal. Les postures de ce pingouin et de son entraîneur de fortune, pour faire voler coûte que coûte ce drôle d'oiseau, déclenchent des rires à ailes déployées....et une volonté à toute épreuve.

    Du même auteur, il faut lire "Les trois voeux de Molosse", là encore rire assuré.

    • Ninette, Franck Prévost, Stéphane Girel, Grandir 

     

    Ninette.jpg

    C'est la première illustration et le texte dit : "Les écrivains ne pensent qu'à eux. "Même quand ils parlent du loup, ils parlent d'eux-mêmes" me disait ma grand-mère. Il faut dire que j'avais une grand-mère vraiment pas comme les autres. Tenez ! SI je vous parlais un peu d'elle . Au moins ça éviterait que je vous parle de moi !"

    Le ton est donné. le passé est lâché. Une grande émotion pour parler d'une grand-mère disparue. "Eh, oui, ça fait parfois un peu pleurer de grandir".

    • Les silences des pierres, Philippe Barbeau, Marion Janin, L'atelier du poisson soluble

    Les silences des pierres.jpg  

    Le site de l'illustratrice à visiter ici....

    http://www.marionjanin.com/silences.html

    Celui de l'atelier du Poisson soluble, http://www.poissonsoluble.com/main.html

    Une maison d'édition dont nous apprécions le travail et pour lequel Philippe Barbeau ne tarit pas d'éloges !

    Il faut aussi entendre Philippe Barbeau raconter, conter, "Le Type"... Mais ça c'était le privilège de celles et ceux qui ont eu la chance d'être à la bibliothèque de Pernes les Fontaines, il y a quelques jours ! Merci Aurélie, Christine, Danielle, Françoise, Maguy,  et les autres....

     

    Je t'écris, Rascal, Pastel

    je t'écris.jpg

    Correspondances, une chose que l'on aime.

    Un thème ouvert, prometteur, parlant, voyageur...

    C'est même le thème de "A vous de Lire" 2011. Alors on s'écrit ?

    Pour des rendez-vous n'importe où, avec Thomas Scotto, pour des fariboles avec Arno, pour entrer avec Sébastien Joanniez, ou pour aller tout près le bout du monde avec Maud Lethielleux....

    Echanges et voyages de lettres à suivre !

     

     

     

    La couverture du papa soldat, Gianni Rodari, Judith Gueyfier, Rue du Monde

     

    la couverture du ppa.jpg

    Le Pourquoi, Parce-que : parce que c'est Gianni Rodari, parce que c'est Rue du Monde, parce qu'il y est question de résistance, de bohêmiens, d'histoires, de mots et de lettres à apprendre, de partages tout simplement...

     

  • La filigonde

    lafiligonde.JPG

    A découvrir : un texte de Tove Jansson ; un texte qu'on ne trouve plus en ce moment dans les librairies, pas réédité ; pourtant, on publie beaucoup de choses d'elle, mais pas cette nouvelle, extraite des "Contes de la vallée de Moumine".


    Lisez-le, savourez-le, puisez-y des forces pour affronter nos quotidiens désenchantés ; ensuite, lavez les rayures de vos tapis dans la septième vague et riez, riez...

    La Filigonde.pdf